À la suite d’une plainte de l’UFC-Que Choisir, le système de frais dégressifs a été revu. Il s’agissait jusqu’à présent de “frais d’activation à perception différée” de 96 euros, desquels devaient être déduits 3 euros (pour les abonnés V5) ou 1,50 euro (pour les abonnés Révolution) par mois facturé. Comme il ne s’agissait pas à proprement parler de frais de résiliation, Free pouvait les percevoir même en cas de modification unilatérale des conditions de vente ou tarifaires, comme ce fut le cas suite aux modifications dues à la hausse de la TVA sur la partie télévision.

Sommé de modifier ce système, Free a pris une décision radicale : désormais, ce sont bien des frais de résiliation, mais ils sont fixes à 49 euros. En conséquence, plus aucun bénéfice pour les Freenautes ayant le plus d’ancienneté et souhaitant résilier. Prenons un Freenaute V5 ayant passé 2 ans et demi, soit 30 mois, chez Free, sans modifier son abonnement, et qui souhaite résilier. Avec l’ancien système, il aurait payé 96 - 3 x 30 = 6 euros de frais. Si aujourd’hui il accepte les nouvelles conditions, sans en consulter le détail, il doit payer 49 euros !

En résumé, les nouvelles conditions de vente avantagent les consommateurs “zappeurs” qui résilieraient avant 16 mois avec une Freebox V5 ou 32 mois avec une Freebox Révolution. Il ne reste plus qu’à espérer que Free mette en place un autre système pour récompenser la fidélité (même si ce système perdure, mais de façon moins avantageuse, du côté des frais de modification d’offre dégressifs selon l’ancienneté). Toutefois, en termes de couts, il semblerait que ce soit un jeu à somme nulle pour l’opérateur.

Alors réfléchissez à deux fois avant d’accepter ces nouvelles conditions ; il n’est absolument pas obligatoire de les accepter. Attendez plutôt que les avantages procurés soient réellement significatifs pour vous ! (Attention, en cas de changement d’offre, par exemple un renouvèlement de box vers la Freebox Révolution, l’acceptation des nouvelles conditions pourra vous être imposée.)